info@son-travel.asia
+84-473-022-822
Son Travel Asia

La gastronomie du Laos est influencé par la cuisine thaïlandaise mais se caractérise par l’utilisation plus abondante de piments et d’herbes aromatiques  appartenant à la pharmacopée traditionnelle. Le riz gluant cuit à la vapeur, est la base de l’alimentation. Les soupes parfumées sont aussi très célèbres.

gastronomie du Laos, Son Travel Asia

gastronomie du Laos

Potentiellement variée, la cuisine 100 % laotienne se réduit souvent à un nombre restreint de spécialités, même si les recettes similaires à celles de la cousine thaïe floutent un peu le jugement.

Il existe quand même des établissements et gargotes dérogeant à ce principe, parfois à la campagne et centrés sur des mets et ingrédients particuliers. Les chanceux seront invités par une famille laotienne, où la cuisine est souvent déclinée avec caractère.

Marchés

pt94979

Dans la gastronomie de Laos Il suffit de se rendre sur un marché pour entrevoir l’infinie variété de l’alimentation. Côté fruits et légumes, on trouve en abondance: salades, choux, navets, tomates, navets sucrés, ananas, noix de coco, papayes, plusieurs variétés de bananes (banane plantain, banane à pépin, etc.), fleurs de bananiers, haricots de soja, pommes de terre, taros, durians, etc.

Les repas au Laos dans la gastronomie du Laos

Les Laotiens prennent leurs repas assez tôt: on déjeune de 11h30 à 13h et on dîne dès 17h-17h30. Dans les restos traditionnels, vous aurez du mal à vous faire servir après 21h. Dans les villes et sites touristiques, comme à Vientiane, Luang Prabang ou Paksé les horaires sont plus souples et adaptés.

Le matin, les Laotiens prennent un vrai repas composé de soupe (le phó) à base de blé ou de riz: le mi (jaune), le phó (blanc) ou le khao pirksen (blanc et épais), si ce n’est carrément du riz gluant avec quelques morceaux de viande séchée. On trouve aussi le khao tchi paté, un sandwich de pâté vietnamien assorti de quelques rondelles de concombre et de persil.

Sinon, vous pouvez essayer la baguette de pain, héritage français très populaire dans les villes, arrosée de lait concentré sucré, à accompagner d’un café ou d’un thé à la manière laotienne. On trouve enfin de succulents croissants à Vientiane et à Luang Prabang.

Voir aussi les plats spéciaux du Laos

Viande et poisson

Sur les marchés, les étalages de viande peuvent rebuter par leur côté sanguinolent et la présence de mouches. En tête de la consommation vient le porc, suivi du buffle et du bœuf. Canards, poulets et poules sauvages se trouvent aussi en abondance. En revanche, chèvre et mouton sont presque inexistants. La chasse au gros gibier est théoriquement interdite mais cerfs, chevreuils et sangliers sont souvent présents sur les étals, mais débités de manière à être méconnaissables.

Si les produits de la mer sont absents pour d’évidentes raisons géographiques, le Mékong regorge en revanche de toutes sortes de poissons: poisson-chat, poisson à tête de serpent, raie d’eau douce, anguille, carpe et bien d’autres espèces à l’allure étrange. On trouve aussi dans le Mékong des coquillages (genre praires ou gros bigorneaux) et des crevettes d’eau douce.

Durian

gastronomie du Laos, Son Travel Asia

gastronomie du Laos

Le durian est l’une des curiosités de l’Asie du Sud-Est. Ce gros fruit à épines, proche du jacquier, ressemble à une pomme de pin géante. Il mûrit durant la saison des pluies.
Il faut l’ouvrir et en extraire la chair blanche, légèrement filandreuse et répartie en compartiments, qui enveloppe de gros noyaux. C’est au moment de le goûter que le novice ressent le grand frisson: sa chair exhale en effet une odeur qui allie l’arôme du camembert sur le retour d’âge à celui d’une crème de purin!….

On est en général rebuté en pensant que le fruit est pourri. Déguster un durian est le résultat d’une lente initiation.

Facebook Twitter Youtube instagram Google+